20 mars - texte de Pierre Morales

"A propos d'un journal"

Un journal photographique !

    Une éphéméride...

    Et pourquoi pas ?


   
Au départ, il y avait un projet, un pari, un défi, une gageure : une photo par jour pour dessiner l'histoire d'une année, approfondir une recherche, expérimenter, tester des cadres, des effets, des lumières, des contrastes.


   
Le photographe saisit l'instant, capte l'éphémère et le fige dans l'éternité.

    Bien sûr le propre d'un journal est d'être écrit au jour le jour. L'histoire de l'auteur se déroule linéairement et les événements qu'il nous raconte procèdent de la chronologie.

    Mais à nous ( lecteurs ? visiteurs ? spectateurs ? ) il nous est loisible de vagabonder, de sauter des étapes, de revenir en arrière, de bondir en avant, de réécrire l'histoire à notre manière, au travers du prisme des photographies proposées.


   
Mais quelle que soit la façon dont on le parcourt, ce journal révèle et confirme la sensibilité du photographe : ce regard plein de tendresse envers les petites choses de la vie, envers les " gens de peu " comme dirait Pierre Sansot, l'air de rien, l'air de tout, qui nous racontent ou font nous souvenir.

    Il y a aussi la ville, ses lumières, ses espaces, ses architectures, lignes avec lesquelles Jean-Michel Verdan compose des perspectives, des mises en miroir, des échos ou des dissonances.

    Il y a les paysages, avec la pluie, il y a les chiens, la plage ou les marchés, il y a les jolies filles et les garçons pressés.


   
Et tout le temps, cet oeil ironique et tendre, complice et distancié.

    Jean-Michel Verdan est un grand mélancolique.

    On dit que tout journal est une autobiographie, et que même lorsque l'on parle des autres, on ne parle que de soi.


   
J'ignore si toutes ces photos dessinent une sorte d'autoportrait, mais la seule chose que je sais, c'est que j'aime ce qu'elles me racontent.

    Allez-y ! Regardez ! Regardez !

    Regardez.

Pierre Morales